Histoire de la section veyrite du PS

Jusqu’aux années 50, Veyrier était une commune rurale, avec deux centralités situées aux deux extrémités du territoire : le village et ce qui pouvait déjà être assimilé à une zone villas à Pinchat. Entre les deux, les constructions étaient rares et la plus grande partie des parcelles étaient cultivées.

L’augmentation de la population s’est faite d’abord par les constructions de villas, à Pinchat, puis sur le plateau de Vessy et aux abords du village. En pleine guerre froide, on peut aisément imaginer que ces nouveaux habitants ne se réclamaient que très rarement du parti socialiste. Ce n’est sans doute pas par hasard si la création d’une section du PS a coïncidé avec la construction du quartier des Tournettes, essentiellement constitué de logements subventionnés.

Aujourd’hui encore, la sensibilité de gauche est loin d’être majoritaire dans la commune. Les 3 élus socialistes au sein du CM se sentent parfois bien seuls face à un groupe PLR qui occupe 10 sièges sur 25, à un groupe PDC comptant 4 élus (du centre, c’est-à-dire, comme disait François Mitterrand, ni de gauche, ni de gauche…) et 8 représentants du groupement local Veyrier-Ensemble, issu du refus de certains radicaux de s’allier aux libéraux au moment de la création du PLR…

Dans les années 70 et 80, Jean Mermoud, Eva Mielimonka, Henri Equey (ancien Maire d’Hermance), Jeannik Dami et Michel Baratelli ont notamment siégé pour le PS. Henri Marc Schaerer, ayant rejoint la section à son arrivée à Veyrier en 1980, est entré au CM en 1984, en remplacement de Jeannik Dami, élue au Grand Conseil. Il est encore très actif au sein de la section et représente le PS au Fonds de décoration communal. Dans les années 80, Danielle Baratelli, et Edwige Tendon étaient très actives dans la section. Danielle tenait le stand de vente-achat pour le PS pendant de nombreuses années, elle a été présidente de la section.

Françoise Schenk Gottret, actuelle co-présidente de la section, était alors députée au Grand Conseil.

Liliane Maury Pasquier, appelée par Henri Equey, a débuté sa carrière politique dans les rangs du PS au Conseil municipal de Veyrier. Liliane est ensuite devenue députée, puis elle a siégé au Conseil national, dont elle a assuré la présidence. Elle a ensuite été conseillère aux Etats et est maintenant présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, où elle siégeait depuis 2008

Ont été également conseillers municipaux PS à Veyrier : Claude Genêt, Ariane Weyeneth, Bernard Favre, Antoine Droin (ultérieurement député et président du Grand Conseil), Fabrice Dami, Christian Nils Robert (prof de droit pénal), Yusuf Kapanci (prof d’anatomie) Chantal Jan, Pierre Monnin, Agnès Taillard, Eric Fuld, Claudine Constantin Saby, Barbara Plitt Troilo, Raymond Jeanneret, actuel trésorier de la section.

Maude Bessat, Marie-Lourdes Desardouin et Bernard Pinget siègent actuellement.

Dans les années 80 à 90, le PS n’avait pas le droit d’avoir la présidence du Conseil aussi le groupe avait-il décidé de ne pas participer aux sorties du CM.

Le nombre de conseillers PS a varié de 2 à 6 conseillers au sein du CM.

Les thèmes principaux allaient du social, les routes et bâtiments (bagarre pour l’école primaire du Grand-Salève, nouvelle salle communale) à l’urbanisme (évitement du village par une route de contournement puis demande d’un plan directeur communal, projet immobilier des Grands Esserts) en passant par les finances en résistant à la diminution du centime additionnel quand cela était judicieux.

Plus récemment, le PSV a réussi à trouver une majorité pour faire voter la création du Service social de la commune de Veyrier, ainsi que celle du Centre de loisirs.

Dans le contexte idéologique actuel, la voix du PS est absolument indispensable pour faire émerger les besoins qui ne sont pas directement liés aux intérêts financiers des plus aisés.

Publicités